Littérature : dans l’univers de Winslow Nitza Carmela Cavalier, lauréate du prix Jeune Écrivain Guyanais 2020

Nitza Cavalier, jeune haïtienne, étudiante en Lettres à l’Université de Guyane, comédienne, metteure en scène et animatrice, vient de remporter le prix Jeune Écrivain Guyanais 2020, dans la catégorie nouvelle pour son texte intitulé « Le corps d’une Amérindienne ». Dans une interview accordée à la rédaction, Nitza nous a livré ses impressions sur ce prix et nous a fait part de ses projets.

« Je suis heureuse. En fait, on est toujours heureuse quand on gagne. Ce prix amplifie l’énergie que j’avais pour mes activités de création », a confié Winslow Nitza Carmela Cavalier tout en avouant que cela a paru comme une surprise. Je l’espérais pas trop, a-t-elle laissé croire tout en précisant qu’elle savait que sa nouvelle traitait d’un sujet pertinent. « Je savais que ma nouvelle traitait d’un sujet intéressant, mais j’étais quand même surprise en apprenant que j’ai gagné », a nuancé l’animatrice de « Mille Blues ».

Winslow Nitza Carmela Cavalier n’a pas manqué de montrer sa fierté quant à la réception de cette distinction qui, selon elle, lui permettra de s’intégrer encore plus dans la société guyanaise et la fera gagner en capitale symbolique. « C’est une force qui m’incite à poursuivre mon chemin », a soutenu la jeune écrivaine.

La nouvelle « Le corps d’une Amérindienne » raconte l’histoire d’une jeune Amérindienne portant l’histoire de son peuple sur son corps. Les tatouages et cicatrices qui décorent l’ensemble de son corps représentent chaque page de cette histoire. Elle est très belle mais elle ne s’exprime presque jamais ! Elle préfère méditer ses douleurs au bord du fleuve de Maroni. Et, pendant qu’elle savourait l’immensité de la nature au bord du fleuve, un jeune Bushiningué fit sa découverte, l’apprivoise et l’invite à parler…

La nouvelliste promet de continuer de créer et espère relancer son émission « Milles Blues », en audiovisuel pour la première fois. « Je travaille sur une possible adaptation théâtrale de la nouvelle « Le corps d’une amérindienne » et je compte aussi faire d’autres représentations de mon monologue « J’écris avec du sang », a annoncé Winslow Nitza Carmela Cavalier qui fait aussi office de comédienne et de metteure en scène. Par ailleurs, le tiroir de la jeune étudiante en Lettres Modernes n’est pas vidé de manuscrits. « J’ai d’autres projets que vous découvrirez au moment propice », a-t-elle fait savoir.

Joubert Joseph / HIP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × trois =

Bouton retour en haut de la page