L’opposition crie à la persécution politique et veut en finir avec le régime PHTK

L’audition de Youri Latortue par l’Unite de Lutte Contre la Corruption s’apparente à une tentative du pouvoir visant a réduire ses opposants politiques au silence, selon les membres du Secteur démocratique.

Moins de 24 heures après son audition par l’ULCC, le leader de ”Ayiti an Aksyon” affirme avoir la conscience tranquille face aux allégations de corruption et de détournement de fonds brandies par ses détracteurs politiques. Il souligne avoir respecté les termes du prêt de 70 millions de Gourdes contracté à l’Office National d’Assurance-vieillesse et que sa mère Marie Immacula Cantave n’est pas redevable envers l’État haïtien.

Dans le même temps, d’autres dirigeants du secteur démocratique, présents à la conférence de presse de ce vendredi 14 août, durcissent le ton vis-à-vis du pouvoir. Nenel Cassy, ancien élu des Nippes, renouvelle l’engagement de l’opposition de ne s’aligner sur aucune démarche liée à sa participation dans les prochaines élections. Le dirigeant Lavalas informe que le secteur entend citer le Président Jovenel Moïse par devant la Cour pénale internationale pour des crimes et autres forfaits commis contre la population.

Le docteur Schiller Louidor, virulent dans ses propos, lance une mise en garde contre des secteurs de la société civile qui envisageraient de se faire représenter au prochain Conseil Électoral Provisoire, sans un accord politique. Il rappelle que la position de l’opposition est arrêtée : pas question de participer dans des compétitions électorales avec ce régime, insiste Schiller Louidor.

Entre-temps, les adversaires du PHTK envisagent de poursuivre la mobilisation pour forcer Jovenel Moïse à la démission. Ils invitent la population à ne pas céder à la peur afin de continuer à combattre ce régime.

Haiti Infos Pro / HIP

Bouton retour en haut de la page