Massacre à Cité Doudoune : FJKL lève le voile sur l’identité de deux des cinq autres victimes, responsabilise l’Etat

Le pays s’était réveillé, le samedi 20 aout 2022, avec une nouvelle qui a choqué plus d’un. L’attaque perpétrée par le gang des « 400 Mowozo » à Cité Doudoune, un quartier situé dans la commune de la Croix-des-Bouquets, s’est soldée par la mort de huit personnes dont trois d’une seule famille.
Si les trois membres de la même famille dont les corps ont été carbonisés, avaient été bien vite identifiés sans trop grande difficulté, pour les autres victimes c’était le blackout total autour de leurs identités.

En effet, 48 heures après cet acte barbare, la Fondation Je Klere a, dans un communiqué daté du lundi 22 août, dévoilé l’identité de 2 des 5 autres personnes tuées dans ce drame.

Il s’agit du révérend pasteur Josué Jean Pierre et le frère Osny, qui empruntaient la voie d’accès à la Cité Doudoune, à bord d’une motocyclette au moment où ils ont été exécutés par des membres du gang armé, allié des « 400 mawozo », révèle la FJKL.

Dans ce document l’organisme de défense des droits de l’homme rapporte que Madame Josette Fils DESANCLOS 56 ans (née le 10 novembre 1966) et ses deux filles Sherwood Sondje DESANCLOS, 28 ans (née le 23 août 1993) et Sarhadje DESANCLOS 24 ans (née le 10 février 1998) ont été tuées à la suite d’une tentative de kidnapping. Par rapport à la résistance opposée par ces femmes au moment du rapt, mécontents, les bandits ont ouvert le feu sur leur véhicule avant de l’incendier avec ses occupants purement et simplement, poursuit la Fondation Je Klere.

Cette organisation qui œuvre à la défense des droits humains, en revanche, impute la responsabilité de la tuerie à l’Etat haïtien, tout en demandant à ce dernier de trainer les auteurs de ce crime odieux par devant la justice.

« La FJKL responsabilise les autorités de l’Etat qui sont tenues de mettre tout en œuvre pour que les assassins de la tuerie de Cité Doudoune soient identifiés, recherchés, arrêtés, jugés et punis pour leur forfait ».

En dernier ressort, la fondation Je Klere qui présente le père des victimes comme l’un de ses membres, adresse ses profondes sympathies à ce dernier et toutes les familles touchées par le drame de Cité Doudoune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

treize + 15 =

Bouton retour en haut de la page