« Me Dorval recevait des menaces avant sa mort », rapporte le Barreau qui crie au complot

Le secrétaire de l’Ordre des avocats de Port-au-Prince révèle que Me Monferrier Dorval, assassiné chez lui vendredi dernier, faisait l’objet de menaces pour ses prises de position. Selon Robinson Pierre-Louis, le décès par balles du bâtonnier de la capitale a été « planifié ». L’homme de loi revient sur un ensemble de coïncidences graves, de faits jugés troublants, qui entourent cet assassinat.

« Le bâtonnier est arrivé chez lui vers 10 heures du soir, après avoir laissé son cabinet. Selon des sources sures, il y a eu une coupure d’électricité au moment de l’assassinat, ce qui n’est pas habituel. On a rétabli le courant electrique jusque vers minuit », a rapporté Robinson Pierre-Louis. Dans une entrevue accordée à Radio Magik 9, le secrétaire de l’Ordre des avocats de Port-au-Prince souligne également que des échos de feu d’artifices ont été également entendus dans la zone, et ceci pendant des heures. « C’est quelque chose de commandité, personnelle, fomentée contre le bâtonnier », conclu Me Pierre-Louis, qui croit que ces faits donnent lieu à de multiples questionnements.

Le même jour, soit vers 4 heures de l’après-midi, Me Monferrier Dorval avait révélé à des collègues avocats, qu’il faisait l’objet de menaces. Cependant, le bâtonnier n’avait pas précisé exactement de quel secteur est venu ces menaces. « Li pat di nou anyen, men gen moun ki renmen l, gen moun ki pa renmen l. Men pozisyon Me Dorval te toujou piblik, sou dosye konstitisyon an », rapporte Me Pierre-Louis, rappelant que les prises de position de son collègue avaient souvent suscité des mécontentements chez certaines personnalités ou certains secteurs.

Le secrétaire de l’Ordre déclare que le bâtonnier l’avait rapporté qu’il recevait des appels de plusieurs personnes, dont des ambassadeurs étrangers, suite à sa participation à l’émission « Panel Magik » vendredi dernier, où il abordait les questions liées au changement de la constitution haïtienne. « M pap pran presyon nan men okenn nèg ! », avait lancé Me Dorval au secrétaire de l’Ordre des avocats de Port-au-Prince après l’emission.

D’un autre côté, Me Robinson Pierre-Louis souligne que le Président Jovenel Moïse avait eu une conversation avec la victime qui, de son coté, n’avait pas révélé le contenu des échanges. « Yo touye Mèt Dorval, men nou menm nou pap pè. Nou pap sispann pale. Paske wòl nou se pale, defann sa ki pa gen defans yo. Yo pap ka touye nou tout. Malerezman pou yo, sa yo fè a, lap retounen kont yo », a lancé Me Pierre-Louis.

Et pour protester contre ce crime crapuleux, le Barreau de Port-au-Prince, à travers une assemblée générale extraordinaire, a adopté une série de décisions. On peut citer en exemple, la dissociation du Barreau de tous les hommages venant de l’Exécutif, tenue d’une marche en toge cette semaine et l’arrêt complet de toutes prestations judiciaires, jusqu’aux obsèques du bâtonnier.

Luckson Saint -Vil / HIP

Bouton retour en haut de la page
Haïti Infos Pro