Menaces contre les banques : l’APB dénonce un procédé « dangereux » et « irresponsable »

Après des menaces proférées contre les banques à cause de la dépréciation brutale de la gourde par rapport au dollar, l’Association Professionnelle des Banques (APB) a réagi tout en dénonçant un procédé « dangereux » et »irresponsable ».

Dans une note de presse rendue publique, ce vendredi 2 septembre 2022, l’APB n’a pas écarté la possibilité de poursuivre les auteurs intellectuels et matériels de possibles actes de violences perpétrés contre les banques et leur personnel.

« L’Association Professionnelle des Banques (APB) proteste énergiquement contre les propos d’une violence sans précédent, formulés par un leader politique haïtien, à l’encontre des banques et de leurs collaborateurs lors d’une manifestation politique, au Cap-Haïtien le 22 août 2022 », peut-on lire dans la note acheminée à la rédaction du journal.

« Proférer ainsi des menaces, haranguer les foules déjà frustrées par la situation difficile que connaît le pays, pour les inciter à commettre des actes à caractère criminel est un procédé dangereux et irresponsable qui peut déboucher sur une situation anarchique échappant à tout contrôle », soutient l’APB qui a souligné que lors d’une manifestation, tenue le 30 août dernier, des succursales de banque ont été l’objet de jets de pierre pendant plus de 45 minutes. Une situation qui a mis en danger la vie de certains clients et employés, a déploré l’APB

« Face à un tel déferlement de violence gratuite mais visiblement alimentée, les banques se réservent le droit de poursuivre en justice tous les auteurs intellectuels et matériels d’actes portant atteinte à l’intégrité des vies de leur personnel et à la sécurité de leurs biens », a menacé l’APB tout en rappelant que le taux de change d’une devise, le dollar en l’occurrence, est déterminé, à l’occasion de chaque transaction par l’équilibre entre l’offre et la demande de cette monnaie sur le marché de change.

Plus loin, l’APB a indiqué que « les Banques fonctionnent dans un environnement réglementaire strict, surveillé et contrôlé par la Banque de la République d’Haïti (BRH) et sont tenues, entre autres, de rapporter quotidiennement à celle-ci toutes les transactions d’achat et de vente qu’elles ont effectuées au cours de la journée ».

Toutefois, l’APB a appelé les élites politiques à « promouvoir les conditions pour un dialogue inclusif entre les différentes composantes de la Nation dans un esprit de tolérance », arguant que « la reconstruction de notre société et la consolidation de notre démocratie ne peuvent se faire dans la violence ou dans la haine ».

Rappelons que les propos tenus par le secrétaire général de la Platfòm Pitit Dessalines Moïse Jean Charles contre les banques, dans une manifestation, le 22 août dernier au Cap-Haïtien qui, selon lui, sont responsables de la dépréciation brutale de la gourde par rapport au dollar, ont attisé la colère d’une foule ayant menacé de les brûler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

douze + dix-huit =

Bouton retour en haut de la page