Ouanaminthe : au moins un mort, les locaux de la Mairie et de la Croix-Rouge incendiés

L’attaque armée perpétrée par des agents de la Brigade de surveillance des aires protégées (BSAP) contre le Commissariat de Ouanaminthe s’est soldée par un décès dans le camp des civiles armés, selon la presse locale. D’autres actes de violence ont conduit à l’incendie des locaux de la Mairie et de la Croix-Rouge par des inconnus.

Après une nuit agitée, la population s’est réveillée ce mercredi, dans la stupeur en constatant les bâtiments logeant la Mairie et la Croix-Rouge détruits par les flammes. Des hommes armés liés à la BSAP qui mènent un mouvement insurrectionel pour forcer la démission du premier ministre de facto, Ariel Henry, n’ont pas chômé dans leur initiative visant à détruire les institutions publiques dans la deuxième ville du département du Nord’Est.

La veille du mercredi 7 février, à la suite d’une attaque armée menée contre le Commissariat de Ouanaminthe, un citoyen en possession d’une arme de poing a été tué par les forces de l’ordre. S’en est suivie une situation de tension avec des détonations à l’arme automatique et des menaces à l’incendie proférées contre d’autres bureaux publics et entreprises privées de la commune.

La révocation du directeur général de l’Agence nationale des aires protégées (ANAP), Jeantel Joseph, a ravivé la flamme de la mobilisation anti-gouvernementale. Des agents de la BSAP annoncent la prise de Port-au-Prince afin d’obtenir le départ du neurochirurgien. Avec des affrontements armés prévus entre policiers et agents de la BSAP et l’occupation de certains quartiers par des bandits armés, le cocktail s’annonce explosif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page