Pénurie de carburant : automobilistes et consommateurs aux abois

À Port-au-Prince la rareté du carburant est une évidence. Des stations d’essence ont été observées fermées, ce mardi 16 juin. La plupart de celles qui sont restées ouvertes font face à une pénurie de gazoline. Que ce soit à Nazon, à Delmas ou au Centre-Ville de Port-au-Prince, la situation est similaire et devient inquiétante. C’est le retour des galons jaunes, des chauffeurs dénoncent des autorités irresponsables.

Malgré la présence du nouveau Coronavirus en Haïti, des chauffeurs se sont massés devant plusieurs stations d’essence, ce mardi 16 juin, en vue de se procurer du carburant nécessaire au fonctionnement de leurs véhicules. Des motos et des voitures à la file indienne, et des citoyens à la queue leu-leu au mépris de la distanciation physique. Pour une énième fois le gouvernement provoque des rassemblements qui pourraient mettre en danger la vie des centaines de citoyens, estiment plus d’un.

Assis, l’air désespéré, un chauffeur de taxi dans la trentaine, fustige les autorités qui, selon lui, ont tout fomenté afin de revoir à la hausse le prix du produit pétrolier : « ils veulent augmenter le prix du carburant. Voilà pourquoi ils ont provoqué cette pénurie d’essence », a-t-il déclaré. « Nous ne pouvons plus dans cette situation. J’ai arpenté plusieurs stations d’essence de la capitale depuis le lever du soleil, je n’ai pas pu trouver de carburant », se plaint un autre chauffeur. « S’ils ne peuvent pas diriger, qu’ils démissionnent. Nous en avons marre », a renchéri un jeune homme, galon jaune à la main.

Appel à la grève !

En conférence de presse ce mardi 16 juin, des organisations proches de l’opposition à savoir Konbit, Moleghaf, CNOHA ont appelé à la grève les lundi 22 et mardi 23 juin en vue de protester contre le pouvoir Tèt Kale qui, selon elles, ne doit pas rester au pouvoir au-delà du 7 février 2021. Les organisations politiques susmentionnées ont dénoncé la cherté de la vie, l’insécurité, les conditions précaires de la population.

Joubert Joseph / HIP

Crédit Photo / Internet

Bouton retour en haut de la page