Actualités

Premier ministre de transition : Rodolphe Joazile évite de commenter la transparence du processus

Le Dr Garry Conille a été préféré à l’ancien Président du Sénat, Jean Rodolphe Joazile, l’ancien ministre de l’Intérieur et des collectivités territoriales Paul Antoine Bien-Aimé, l’ancien ministre de la Jeunesse, des sports et de l’action civique Fritz Bélizaire, l’homme d’affaires Alix Didier Fils-Aimé, pour diriger la Primature au terme d’un processus controversé. Pour l’ancien sénateur Jean Rodolphe Joazile, il est préférable de ne pas commenter la transparence du processus.

Après maintes hésitations et tâtonnements, le Conseil présidentiel de transition (CPT) a bouclé le processus de désignation du nouveau Premier ministre de transition. Le choix du haut fonctionnaire de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) a été confirmé ce mardi 28 mai 2024 par le conseiller-président Fritz Alphonse Jean, sur ses comptes officiels.

La réaction des autres prétendants au poste de Premier ministre n’a pas mis du temps. Moins de quelques heures après l’annonce, l’ancien président du Sénat a présenté ses félicitations au Dr Conille tout en lui souhaitant bonne chance. Il a vanté sa bonne prestation dans l’interview réalisée avec des membres du Conseil présidentiel de transition (CPT) à la Villa d’accueil tout en rappelant que le Dr Garry Conille a pu participer à l’exercice par visioconférence, contrairement aux autres candidats qui s’étaient présentés physiquement devant le Conseil.

À propos de la transparence dans le vote du nouveau patron de la Primature, l’ancien membres des Forces armées d’Haïti (FAd’H) dit se garder de commenter le processus tout en affirmant avoir pleinement joué sa partition. L’ancien représentant du Nord’Est au Grand corps dit ignorer les critères ayant abouti au vote du Dr Garry Conille. Sur l’orientation des votants et la majorité dégagée pour acter la décision, il évite de questionner les dernières étapes.

La désignation du Dr Garry Conille au poste de Premier ministre intervient plus d’un mois après la cérémonie de l’installation des membres du Conseil présidentiel de transition. Après la publication ce mardi du décret portant création et fonctionnement du CPT dans le journal officiel Le Moniteur, les conseillers ont procédé par vote au choix du premier ministre. Il importe de rappeler que 68 citoyens s’étaient portés candidats pour diriger le gouvernement. L’arrivée de Garry Conille à la Primature pour une deuxième fois, met fin aux tractations et à la volonté de la coalition RED/EDE/Compromis historique d’imposer l’ancien ministre Fritz Bélizaire comme premier ministre.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page