Prix jeune journaliste 2021 : Germina Pierre Louis, une ascension fulgurante

Germina Pierre Louis, journaliste au quotidien Le Nouvelliste et à Radio Magik9, vient de remporter, le mercredi 10 novembre, le prix jeune journaliste de la catégorie presse écrite, du concours du même nom de l’OIF qui s’est déroulé sous le thème « La société haïtienne face aux risques climatiques, environnementaux et sanitaires » avec son reportage « L’enfer des sargasses ».

Étudiante en relations internationales, Germina Pierre Louis compte apporter sa contribution à l’avancement de la presse haïtienne en voulant être une journaliste utile.

Née un 18 décembre et grandi au Village de Dieu, quartier chaud de Port-au-Prince, jusqu’à ses 17 ans, Germina Pierre Louis a été scolarisée au collège Carl Gustave Yung. « J’ai poursuivi ma scolarité au collège Saint-François de tour de 7ème année à la Rhéto », a-t-elle confié dans une entrevue accordée à la rédaction. « Arrivée en philo, j’ai voulu faire l’expérience de fréquenter une école publique. C’est au lycée Anténor Firmin que j’ai fait la philo », a-t-elle indiqué.

« Le prix pour moi récompense un travail qui a été réalisé avec rigueur. Une fierté pour moi qui ai pu séduire les membres du jury », a-t-elle déclaré. « Ce n’était pas un rêve, mais un vif souhait. Et un jour j’ai rencontré François Nedjé Jacques qui m’a aidé à repousser les limites », a-t-elle ajouté précisant qu’elle poursuit actuellement des études en journalisme multimédia à l’ESJ Lille.

Germina Pierre Louis qui voulait être avocate avant tout se rappelle le contexte dans lequel elle a entamé des études en journalisme. « A la base, je voulais être avocate. J’ai commencé à étudier le journalisme comme une étude intermédiaire », s’est-elle remémorée. « Le journalisme m’a choisi et me colle à la peau », a estimé l’ancienne journaliste à Haïti 24. Le texte intitulé « L’enfer des sargasses » qui lui a valu le prix jeune journaliste de la catégorie presse écrite parle de l’arrivée des sargasses en Haïti et la pollution qui va avec. L’ancienne reporter de Radio Méga croit que la dégradation de l’environnement devrait être une véritable source de préoccupation.

Toutefois, Germina Pierre Louis a tenu à préciser qu’elle n’a pas beaucoup produit sur des sujets traitant de l’environnement en dépit de son exploit avec « L’enfer des sargasses ».


« Je suis touchée par la dégradation de l’environnement », a-t-elle laissé croire. « Je dois tout de même avouer que je n’ai pas une grande production sur ce sujet », a-t-elle reconnu tout en invitant les journalistes à creuser ce champ qui, selon elle, est d’une importance capitale.

Tout de suite après ses études en journalisme à l’ISNAC, Germina Pierre Louis a vite intégré Radio Télé Signal en suite a enchainé avec Radio Méga, Haïti 24 et en dernier lieu le journal Le Nouvelliste et Radio Magik9. « Je n’imagine pas ma vie sans ce métier bien que le pratiquer ne soit pas chose aisée », a-t-elle avancé tout en précisant qu’elle compte apporter sa pierre dans la construction de la presse haïtienne qui, selon elle, mérite d’être régulée à plusieurs niveaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × un =

Bouton retour en haut de la page