« Protégé par les autorités en place, Mario Palacios a passé plusieurs jours en Haïti après le crime », révèle Pierre Espérance

Pierre Espérance a fait de nouvelles révélations sur l’assassinat de Jovenel Moïse. Au micro de Radio Kiskeya le mercredi 5 janvier 2022, le Directeur exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) a indiqué que plusieurs jours après le crime, Mario Antonio Palacios était toujours en Haïti. Il a traversé en République Dominicaine avec l’aide des autorités haïtiennes avant de se rendre à la Jamaïque. Également, son arrestation, a dit M. Espérance, bouleverse grandement le pouvoir PHTK.

Selon M. Espérance, Palacios était arrivé en Haïti en juin 2021, en transit des États-Unis. Il est un ancien officier de l’armée colombienne et faisait partie de 20 Colombiens devant remplir cette mission. Ils étaient divisés en quatre équipes de cinq personnes qui devaient arrêter puis exécuter Jovenel Moïse. Toujours d’après le défenseur des droits humains, l’équipe Delta dans laquelle était Palacios est celle qui avait investi le domicile de l’ancien président, qui a participé à l’assassinat et qui a pris la première photo du cadavre.

Plus loin, toujours à en croire les propos du responsable du RNDDH, M. Palacios était en contact avec le FBI et avait promis une collaboration depuis son arrestation en octobre 2021 à la Jamaïque. Pour M. Espérance, le présumé assassin ne voulait retourner ni en Haïti ni en Colombie et a choisi de collaborer avec la Justice américaine. Cette arrestation contribuera grandement à l’avancement de l’enquête sur l’assassinat de l’ancien chef d’État, croit Pierre Espérance.

« Plusieurs instigateurs du crime étaient aux États-Unis. La collaboration de Palacios avec la Justice américaine permettra de savoir qui a commandité l’assassinat et à qui il était en contact », a avancé Pierre Espérance qui croit que l’arrestation de M. Palacios crée une panique du côté du pouvoir PHTK. Ce, du fait que le pouvoir en place protège et a aidé John Joel Joseph et Joseph Félix Badio, deux cerveaux dans l’assassinat, à quitter Haïti. Toutefois, il a dit espérer que, après son jugement aux États-Unis, Mario Palacios sera extradé en Haïti pour être jugé de son crime.

Parallèlement, selon ce que rapporte le média colombien Semana, Mario Antonio Palacios était réellement dans la chambre de Jovenel Moïse le jour de l’assassinat. Il dit n’avoir pas tué l’ancien président qui, selon lui, était déjà mort à son arrivée.

Bouton retour en haut de la page