Réouverture des classes: Le CARDH s’alarme face à la situation des élèves de Martissant, Bas Delmas et Cité-Soleil

Les quartiers de Martissant, Bas Delmas et Cité-Soleil sont contrôlés par les gangs armés. Cela contraint bon nombre de parents habitant ces zones de fuir leur demeure, leurs enfants ne peuvent pas reprendre le chemin des classes. Face à cette situation alarmante, le Centre d’Analyse et de Recherche en Droits de l’Homme (CARDH), dans un communiqué paru le 25 septembre 2021, recommande au gouvernement en place de prendre ses responsabilités.

Également, toujours dans ce communiqué, le CARDH enjoint les partis politiques à faire des propositions pouvant résoudre ce phénomène. Quant aux groupements de la société civile, dans leur démarche autour de la crise actuelle, ils doivent prendre en compte cette réalité selon laquelle les gangs armés occupent une partie du territoire national, forçant des milliers de familles à abandonner leurs activités avant de se retrouver dans une situation encore plus vulnérable.

Les commissariats et sous-commissariats de ces zones sont abandonnés, les écoles ne peuvent plus fonctionner, des dizaines de cadavres ont été recensés des suites des guerres armées surtout à Martissant. Fort de cela, le CARDH demande au gouvernement de se réveiller de son laxisme, d’arrêter d’ignorer la situation des enfants de ces zones à l’occasion de la réouverture
officielle des classes.

Également, le gouvernement de facto doit garantir les droits humains, universels, indivisibles, inaliénables et non discriminatoires sans oublier le droit à l’éducation, consacré par la déclaration universelle des droits de l’homme (article 26).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + 17 =

Bouton retour en haut de la page