Réouverture des usines: Des ouvriers de la SONAPI leurrés par le pouvoir

La grogne des ouvriers s’est intensifiée à cause de la non tenue de la promesse du gouvernement d’accompagner ceux de la Société nationale des Parcs industriels jusqu’à 50% de leur salaire.


La majorité des ouvriers rencontrés, ce lundi 20 avril, à la SONAPI s’étaient emportés de rage après avoir eu vent des détails de l’accompagnement de l’État en faveur du secteur du textile. La promesse d’assister les ouvriers à hauteur de 50% de leur salaire n’a pas été honorée par le gouvernement. Seulement 25% du salaire a été avancé, si l’on fait foi aux réactions des ouvriers.

‘’Ils ont annoncé une assistance de 50% du salaire, malheureusement ils n’ont accordé que 25%. Au final 3750 Gourdes ont été avancées aux ouvriers. C’est indigne de la part d’un pouvoir faisant du mensonge son arme redoutable ’’, se plaint une ouvrière dans la quarantaine.

À la reprise des activités pour un nombre important d’industries textiles, des ouvriers qui s’étaient fait inscrire au chômage, ont dénoncé le comportement des autorités concernées pour n’avoir pas respecté leur engagement. Le 21 mars dernier, 2 jours après avoir décrété l’état d’urgence sanitaire, le pouvoir a promis d’accompagner les ouvriers pour pallier au ‘’chômage technique’’, selon le Premier ministre, Joseph Jouthe, provoqué par le contexte de propagation du Coronavirus.


Le régime PHTK n’a pas su tenir ses promesses envers les ouvriers du secteur de la sous-traitance. Les ouvriers menacent de reprendre la mobilisation à partir du 1er mai 2020 pour forcer les dirigeants à revoir à la hausse leur salaire de base.

Hervé Noel / HIP

Bouton retour en haut de la page