“Samir Handal ne se cachait pas. Le FBI l’avait auditionné”, explique sa famille

Samar Handal, la fille aînée de Samir Handal prend la défense de son père. “Mon père vivait dans sa résidence privée à Miami. Des agents de la FBI l’avait même auditionné », a-t-elle déclaré au journal américain Miami Hérald. A en croire Samar, “le FBI a dit qu’il n’avait rien contre lui ».

La rédaction publie un extrait de l’article.-

Samar, la fille aînée de Handal, a déclaré que les projets de voyage de son père n’étaient pas secrets. Avant son voyage en Turquie, il a prévenu ses avocats de Miami et d’Haïti ainsi que le bureau du FBI de Miami. Sa destination finale, dit-elle, était la Palestine, où il voyageait avec un billet aller-retour pour voir sa mère malade.

Bien que Handal ait la nationalité haïtienne, il est né et a grandi en Palestine. « Mon père ne se cachait pas. Mon père vivait dans sa résidence privée à Miami en utilisant le téléphone portable qu’il avait et qui est enregistré », a-t-elle déclaré. « Nous étions ici à la maison, à traîner avec des amis parce que le FBI a dit qu’il n’avait rien contre lui ».

Le reçu d’un billet d’avion montre que Samir Handal s’est rendu à Miami depuis Port-au-Prince le 9 juillet sur un vol American Airlines de 13 h 43. Il a été contacté par le FBI peu de temps après, a-t-elle dit. « Ils l’ont interrogé et nous avons engagé un avocat ici », a déclaré Samar Handal. « Tout le monde a dit qu’il avait été innocenté et qu’il n’y avait aucune raison de l’arrêter ; il n’y avait simplement rien….. Ils ont demandé s’ils pouvaient avoir son téléphone portable pour le cloner afin que le FBI ait toutes les conversations qui ont été faites entre les personnes à qui mon père a parlé.

Évidemment, ils ne l’ont pas arrêté. » Un porte-parole du FBI a refusé de fournir des détails sur ses contacts avec Handal. L’agence assiste Haïti dans ses investigations et a interrogé plusieurs personnes à Port-au-Prince et dans le sud de la Floride.

Sibylle Théard Mevs, l’avocate de Handal en Haïti, a déclaré que son arrestation et le moment choisi n’ont aucun sens. Les autorités haïtiennes, dit-elle, savent depuis des mois où se trouve son client car elle les a informées dans plusieurs lettres qu’elle a envoyées, après que son chauffeur ait été arrêté et relâché après un interrogatoire par la police judiciaire. « Dans les lettres, nous disions qu’il était à Miami, en Floride, avec sa femme, qu’il s’occupait d’elle après qu’elle ait subi une opération », a déclaré Mme Mevs.

« Je pense qu’il y avait beaucoup de complicité entre les gens, qui avaient besoin de cette arrestation. Il n’a jamais été invité par la police » à être interrogé. En fait, selon Mme Mevs, bien que la police ait annoncé en Haïti l’existence d’un mandat d’arrêt contre son client, ni elle ni lui n’en ont été officiellement informés. Au lieu d’être envoyé à son client, le mandat a été envoyé à la police judiciaire, un mois après son émission.

« C’est un homme d’affaires discret. Il n’est impliqué dans aucune activité sociale ou politique. Il est le bouc émissaire parfait car personne ne le connaît », a déclaré Mevs, qualifiant l’arrestation de « bizarre ». « Il vit en Haïti depuis des années, s’occupe de ses affaires et de sa famille. Pourquoi faire un si gros scandale ? Il ne pourrait en aucun cas être impliqué ».

Le lien de l’article de Miami Hérald :

https://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/haiti/article255875856.html?fbclid=IwAR0_IymJ2eIHRFSdcXJrpE_124OE1ywWWQIbrYOJeQEvUx_RJKjRXbesQRc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − 8 =

Bouton retour en haut de la page