Sanctions contre Joseph Lambert : le RNDDH n’avait pas enqueté sur le dossier Shelson Sanon

Les sanctions américaines et canadiennes appliquées contre le Président du tiers du Sénat, Joseph Lambert et l’ancien Président du Grand Corps, Youri Latortue, remettent en débat des dossiers brulants impliquant ces deux personnalités politiques. S’agissant de l’affaire Shelson Sanon que certains voudraient lier à un rapport du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance fait le point.

Les accusations de violation des droits humains et celles liées au trafic de la drogue sont retenues par le département du trésor américain pour appliquer des sanctions contre deux personnalités du monde politique haïtien, rappelle le directeur exécutif du RNDDH. Par cette précision, Pierre Espérance tient à balayer les rumeurs liant un quelconque rapport du RNDDH impliquant Shelson Sanon à la décision des autorités américaines et canadiennes de sanctionner le Président du Sénat Joseph Lambert.

Selon les faits reconstitués, mardi, par le responsable de l’organisation de défense des droits humains lors d’une interview accordée à Radio Kiskeya, en 2011, Shelson Sanon a été reçu par le personnel de l’institution dans le cadre d’une plainte contre le sénateur Joseph Lambert. Le jeune Sanon évoquait des menaces qui planaient sur sa vie en raison des dénonciations qui concernent l’implication de l’élu du Sud’Est dans le trafic de drogue, révèle Pierre Espérance.

L’acte visant à dénoncer l’ancien conseiller de Michel Joseph Martelly et à se rendre à la justice n’a pas fait bouger les lignes. Au contraire, Shelson Sanon est gardé en prison depuis 11 ans, son dossier moisi dans les tiroirs, il n’a jamais pu être déféré par devant un juge pour éclaircir les faits, selon Pierre Espérance. En conséquence, aucun rapport du RNDDH n’a été rédigé sur ce dossier, se souvient-il, rappelant qu’aucune possibilité d’enquêter sur les plaintes formulées par Shelson Sanon n’a été à l’ordre du jour.

Parallèlement, aucune instruction n’a été engagée par la justice pour vérifier et confronter les versions de Shelson Sanon, soutient Pierre Espérance. Du coté américain, aucun intérêt ne s’est manifesté pour ce dossier, insiste M. Espérance qui croit que le plaignant serait dejà incarceré aux États-Unis d’Amérique pour le bien de l’enquête.

Dans l’intervalle, le défenseur des droits humains encourage Joseph Lambert et Youri Latortue à saisir la justice afin de faire la lumière sur les sanctions imposées par les autorités nord-américaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

trois × deux =

Bouton retour en haut de la page