” Stopper le bain de sang dans les quartiers populaires “, crie le Collectif Défenseurs Plus

“Les autorités étatiques doivent freiner les bains de sang dans les quartiers populaires.” C’est ce que réclame l’organisation des droits humains Défenseurs Plus.

Le Collectif n’a pas caché sa vive préoccupation face à la situation d’insécurité généralisée qui prévaut dans le pays ces derniers jours, dans une note de presse publiée ce jeudi.

L’organisme de protection des droits de la personne dit déplorer les différents actes d’assassinats et massacres perpétrés par des bandits armés, à l’encontre des personnes vivant dans des quartiers populaires dont celui de Bel-air.

Le Collectif Défenseurs Plus a indiqué que Bel-air connait l’enfer depuis le lundi 31 août. Alors que les autorités restent passives.

“Des observateurs rapportent que des groupes de bandits lourdement armés affrontant des autres groupes de gangs rivaux, n’ont cessé de semer la terreur dans cette zone : des simples citoyens sont morts, des maisons sont parties en fumée, des gens sont blessés sous les balles assassines de ces groupes armés. Et ce, dans l’indifférence des autorités policières et gouvernementales chargées de protéger la vie et les biens de la population, ” a dénoncé Défenseurs Plus dans sa note de presse.

Tous ces faits se sont déroulés sous les yeux du commissariat logeant la Brigade d’Opération et d’Intervention Départementale (BOID) également le quartier général de la FAD‘H qui pourraient intervenir en toute urgence en cas de violences mettant en péril la sécurité nationale et la sécurité de la population”, déplore le Collectif Défenseurs Plus.

Ces victimes, qui sont pour la majorité des pères, mères et enfants, sont obligés de quitter leurs toits pour se réfugier sur des places publiques ou dans des quartiers se trouvant à proximité de Bel-air comme: Poste-Marchand, Fort-National, Solino, Champ de Mars…

Le Collectif Défenseurs Plus se questionne sur l’indifférence des autorités qui ne font rien pour freiner ces bains de sang, qui se répandent dans des quartiers populaires de la zone métropolitaine, notamment à Bel-Air. Il s’interroge sur l’importance de la vie de ces gens aux yeux des autorités.

Car le phénomène d’insécurité ne cesse de s’aggraver depuis le premier semestre de cette année 2020, selon le Collectif.

Défenseurs Plus les exhorte à mettre les forces légales et l’appareil judiciaire en branle afin d’appréhender et juger les responsables de ces crimes odieux commis à l’encontre de la population. Il demande cette fois-ci que justice soit faite pour condamner les criminels notoires dans les bidonvilles et les quartiers populaires du pays qui massacrent la population vivant à Cité Soleil, Bel-Air, Delmas 2, Shada, Raboteau, Martissant, Fort Mercredi…

L’organisme de défense de Droits Humains appelle les autorités à écouter les cris de détresse de la population, et à freiner la machine de l’insécurité sur toute l’étendue du territoire national, et en particulier dans les quartiers populaires qui connaissent un calvaire effroyable.

“L’État doit pouvoir utiliser ses institutions régaliennes en vue de rétablir la sécurité publique et de rendre effectif le respect des droits à la vie et à la sécurité de tous les citoyens et citoyennes du pays sans aucune distinction, conformément au Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques (PIDCP) et à la constitution haïtienne en vigueur “, conclut la note du Collectif Défenseurs Plus.

Marie Ludie Monfort Paul / HIP

Bouton retour en haut de la page