Croix des bouquets : Assassinat de trois membres d’une famille, témoignage déchirant d’un proche des victimes

Vernissaint Compère ignorait si les détonations qui ont vibré samedi dès l’aube l’entrée de Cité-Doudoune, commune de la croix des bouquets, concernaient ses proches qui venaient tout juste de quitter la maison pour accomplir certaines activités de routine. Il apprendra plus tard que Josette Fils Desanclos, Sarahdjie Desanclos, 24 ans , Sherwood Sondjie Desanclos, 29 ans , ont été assassinées, leurs corps brulés par leurs assassins.

Un drame de trop que la société aura, comme d’habitude, à déplorer ou condamner en attendant la prochaine victime, ou les prochains martyrs. Vernissaint Compère se lamente en évoquant la chronologie des faits avant l’assassinat tragique de Josette Fils Desanclos, Sarahdjie Desanclos, Sherwood Sondjie Desanclos, 3 membres d’une même famille qui ont laissé tôt la maison pour accomplir certains devoirs hebdomadaires.

« L’une des filles devait regagner ses cours. La mère Josette Fils Desanclos accompagnait l’autre fille pour des affaires importantes. Il était 6 heures 15 quand des détonations ont résonné dans le secteur. Tout de suite, j’ai composé les numéros des occupants du véhicule, sans succès », se désole Vernissaint Compère.

Les trois victimes, Josette Fils Desanclos, mère de Sarahdjie Desanclos et Sherwood Sondjie, viennent d’allonger la liste des âmes fauchées par l’insécurité associée à une impunité caractérisée. Si d’autres sources évoquent une tentative de kidnapping déjouée à la suite d’une opposition manifestée par les victimes, Vernissaint Compère hésite à interpréter le drame. Il fait état du véhicule identifié par des passants. Les corps des trois occupants carbonisés hantent encore son esprit.

« La zone connait souvent des moments de turbulences. Des détonations, des situations de panique sont des constantes depuis les épisodes d’affrontements entre gangs rivaux et interventions policières. Au départ des criminels, des voisins ont confirmé les cadavres, des indices sur le véhicule ont permis de rétablir des preuves », concède le jeune homme.


En outre, on apprend également que d’autres citoyens, pas moins d’une demi-douzaine ont été assassinés par les bandits. Une vidéo virale sur les réseaux sociaux, filmée par des policiers retranchés dans un blindé, exposait des visages face contre terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-neuf + neuf =

Bouton retour en haut de la page