Trafic d’armes impliquant l’Église Épiscopale : Pierre Espérance appelle au transfert du dossier au cabinet d’instruction

Le tranfert du dossier de la saisie d’armes et de munitions impliquant l’Église Épiscopale d’Haiti de Communion anglicane au cabinet d’instruction facilitera l’aboutissement de l’enquête, de l’avis du directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance.

Le défenseur des droits humains salue le choix d’un juge appelé à instruire le dossier de la saisie d’armes et de munitions à Caribbean Port Service (CPS), à Lasaline, pour lequel des responsables de l’Église Épiscopale d’Haiti sont impliqués. Pierre Espérance déplore que juste qu’ici aucun rapport n’a été achéminé au juge Chavannes Étienne pour les suites nécessaires.

Selon les procédures, un rapport partiel doit etre soumis au Parquet afin que le Commissaire du gouvernement ai de Port-au-Prince, Jacques Lafontant, puisse à la limite de ses compétences au regard des dispositions légales. De surcroit, le numéro un du RNDDH enjoint les autorités judiciaires compétentes à la célérité pour qu’enfin le juge d’instruction peut requérir d’une commission rogatoire afin que la Direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ) à travers le Bureau des affaires financières et économiques (BAFE) puisse poursuivre l’enquete.

Sur la base de certains renseignements, Pierre Espérance encourage l’accéleration du processus afin de dissiper toute perception susceptible de fragiliser l’affaire. Il évoque des possibilités que le dossier traine au Parquet et que des mains invisibles peuvent l’orienter dans un sens comme dans un autre.

Par ailleurs, Pierre Espérance salue la décision de la hierarchie de l’Église Épiscopale de coopérer avec la justice afin de fixer les responsabilités dans l’arrivée en Haïti de cet arsenal militaire. Un tel acte traduit un pas dans la bonne direction dans la recherche de la verité dans ce scandale. Le dirigeant du RNDDH croit qu’il est important que le dossier ne soit pas instrumentalisé et qu’il évite le terrain politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

12 − un =

Bouton retour en haut de la page