Trafic d’armes : « l’administration de Romel Bell doit des explications », selon Ronald Lareche

Les dernières saisies opérées par les autorités douanières à Caribbean port service (CPS) de Port-au-Prince ne représentent que la pointe de l’iceberg, selon l’ancien président du Sénat. Ronald Lareche questionne l’administration de Romel Bell, mise en cause dans le laisser-aller constaté dans le contrôle des containers.

Une vraie enquête pour fixer les responsabilités dans le trafic d’armes et de munitions dans les ports d’Haïti doit remonter sous l’ancienne administration dirigée par Romel Bell. L’ancien parlementaire du Nord’Est qui intervenait, vendredi, sur les ondes de Radio Kiskeya, demeure convaincu que l’équipe de l’Administration générale des douanes (AGD) doit des comptes à la nation dans le développement de la situation caractérisée par des saisies en série de colis suspects.

Son analyse tient compte des saisies conséquentes en cascade enregistrées dans les ports de la capitale et dans les provinces. Pour l’ancien policier, le nouveau leadership dégagé par le directeur général de l’AGD, Julcène Édouard nécessite un regard vers le passé pour identifier les fautifs dans le contrôle des marchandises délivrées dans les ports.

Sans langue de bois, le dirigeant politique pointe du doigt l’ancien responsable de l’AGD, Romel Bell, impliqué dans le laxisme dans le cadre des opérations de contrôle des containers en provenance des États-Unis. Pour lui, le système expérimenté par l’administration de Bell, qui ne requiert pas de vigilance dans le traitement des colis, a ouvert la voie à une permissivité dans la vérification des containers.

Des policiers, des agents douaniers, des responsables de structures de province ont également leur part de responsabilité dans le pourrissement de la situation. En parallèle, le droit de franchise accordé à certaines institutions caritatives doit être reconsidéré, conclut Ronald Lareche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

15 + quatre =

Bouton retour en haut de la page