Un nouveau ministre des Sports installé, des doutes pèsent sur sa compétence

Le nouveau ministre de la Jeunesse des Sports et de l’Action Civique, Ronald Gérard D’Mezard a été installé dans ses fonctions, ce lundi, par le ministre de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement, Patrix Sévère. Il remplace à ce poste Max Attys qui a jeté l’éponge après avoir crié au scandale contre la dilapidation de l’argent destiné à la construction des infrastructures sportives, tiré du fonds PetroCaribe.

En présence du secrétaire d’État à la Jeunesse, de plusieurs cadres, employés, contractuels du ministère et quelques militants du parti politique KID, le nouvel occupant du MJSAC a, d’entrée de jeu, remercié le président et le Premier ministre d’avoir fait choix de lui pour occuper ce poste.

Dans un discours sensationnel, monsieur D’Mezard se donne comme priorité de procéder à la nomination des contractuels du ministère, à l’augmentation de salaire des employés et s’attaquer au problème de salaires impayés depuis 7 mois. Il promet aussi de travailler pour que la jeunesse puisse retrouver sa place dans la société.

Il compte également rendre le sport obligatoire dans toutes les écoles.

Soupçonné d’avoir falsifié son certificat de fin d’études secondaires pour s’inscrire à la faculté de Droit, Ronald Gérard D’Mezard, inconnu du monde sportif comme ses nombreux prédécesseurs, a tenu un discours de militant proche du pouvoir en place à la limite caricaturale, une vraie parodie. Hormis les applaudissements de ses sympathisants de KID, l’ancien directeur général adjoint de l’Unité Central de Renseignements Financiers(UCREF) n’a pas su tirer son épingle du jeu. Il s’est heurté à plusieurs reprises sur des mots, des phrases qui laissent voir ses limites et donnent déjà l’impression d’un ministre « j’approuve » du pouvoir en place.

Ricot Saintil / HIP

Bouton retour en haut de la page