Vers des élections bidons, les petits partis politiques fleurissent !

On assiste, depuis l’arrêté nommant le CEP de Jovenel Moïse, à une prolifération des partis politiques dans le pays. Ils sont pour la plupart l’œuvre d’anciens et actuels sénateurs et députés. Cette multiplication des structures politiques arrivent dans un contexte où les partis existants, jouissant d’une certaine légitimité, n’entendent pas participer aux prochaines joutes électorales avec le président Moïse.

De ‘’Exemple National’’ en passant par ‘’En Avant’’, ‘’Ayiti Avan’’, et “Lòd Demokratik’’, ces nouveaux partis politiques sont la propriété privée de leurs fondateurs. Ce ne sont pas de véritables institutions destinées à construire le jeu démocratique sur le long terme. Ils sont créés en vue des prochaines élections. Ces parlementaires, propriétaires de ces partis, pour la plupart n’ont jamais été membres d’un parti politique, mais ont dû recourir à la formule « Chapeau légal » pour se faire élire. Donc pour eux, le renforcement des partis politiques, piliers du système semi-présidentiel, semi-parlementaire haïtien n’a jamais été une priorité pour eux.

Plusieurs études réalisées sur les partis politiques en Haïti, révèlent que ces derniers ont failli à leur mission de ‘’rôle d’intermédiaire entre le gouvernement et la population”. Les partis politiques, dit-on, sont les structures à travers lesquelles sont dosés les besoins de la population. En Haïti, ils ne s’institutionnalisent pas, ils sont créés pour satisfaire les caprices du président en fonction, (LAVALAS, Aristide, INITE, Préval, PHTK, Martelly), ils sont la propriété de celui, capable de financer leur existence, ils offrent leur bannière à celui qui, dans sa circonscription, est susceptible de remporter les élections. En d’autres termes, ils ne jouent absolument pas le rôle que leur confère la constitution de 1987, qui font des parlementaires leur émanation.

Alain Gilles s’est penché sur la prolifération des partis politiques en s’interrogeant comme suit : Pourquoi tant de partis politiques et à quoi servent-ils ? (Publié le 2015-01-16 | Le Nouvelliste), Laennec Hurbon parle de « l’indifférenciation idéologique des partis politiques » (Dans L. Hurbon (sous la direction de), Les partis politiques dans la construction de la démocratie en Haïti, Port-au-Prince, IDEA, 2014). Les partis sont presque tous logés á la même enseigne.

Les partis politiques ne sont pas représentatifs, ils n’inspirent pas confiance à la population. Ils ne sont pas structurés. On assiste à une personnalisation des structures politiques. Les jeunes ne sont pas représentés, les femmes sont traitées en parent pauvre, les professeurs, les couches sociales les plus défavorisées ne sont pas prises en considérations. Ils sont donc, pour répéter Suzy Castor « Des partis autour d’un seul homme, qui ressuscitent l’espace d’un cillement à chaque joute électorale… ».

La majorité de nos parlementaires sont fils et filles de la paysannerie. Ils ont fréquenté les écoles nationales, les lycées et l’Université d’État. Mais qu’ont-ils fait pour améliorer les conditions d’apprentissage dans ces milieux ? Rien. Leur choix porte sur les écoles privées, sur les universités privées, ils s’en foutent du sort des masses. Nos parlementaires pour la plupart sont élus sous la bannière de « chapeau légal », ils n’ont jamais fréquenté de partis politiques, ils n’ont pas le temps pour discuter de structure, de besoins de la population, de changement durable. Ils sont foncièrement motivés par la prise du pouvoir pour satisfaire leurs instincts. Une fois au parlement, ils prennent leur distance aux partis politiques.

Ne soyons pas dupes, les parlementaires ne sont pas animés de bonnes intentions avec la mise sur pied de leurs partis politiques, au contraire ils participent à la déchéance des partis politiques déjà existants, et sont en mission pour légitimer le CEP de Jovenel Moïse en acceptant de participer aux élections programmées dont Nèg Bannann nan sortira vainqueur par tous les moyens, comme il l’a lui-même dit.

Ricot Saintil / Haiti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page