Déclaration du 21 août : militants de droits humains, politiques et socioprofessionnels convergent leur force

Les personnalités signataires de la Déclaration du 21 août s’engagent à précipiter le départ de Jovenel Moïse du pouvoir et proposer un nouveau projet de gouvernance sociopolitique à la nation.

Plus de 300 personnalités membres d’organisations de société civile, militants de droits humains, responsables de regroupements politiques s’alignent sur la démarche de conjuguer leur force pour pousser Jovenel Moïse à la démission.

Le pays s’enlise dans une crise sociopolitique sans précédent, les familles haïtiennes galèrent à joindre les deux bouts, la corruption se normalise autant d’indicateurs qui doivent interpeller sur la nécessité de changer de cap, selon les considérations de l’ancienne ministre de la Culture, Magalie Comeau Denis.

Elle appelle à une conjonction des forces sociales pour inverser la tendance. La dégradation des conditions de vie de la population, l’effondrement du pouvoir d’achat des ménages résultent des choix économiques des dirigeants politiques à faire pérenniser un système de gouvernance contraire aux desiderata populaires, soutient Youri Latortue, dirigeant du parti ”Ayiti An Aksyon”.

Le document, “Déclaration du 21 aout”, témoigne de l’adhésion de plus de 320 organisations sociopolitiques, structures de la société civile, leaders politiques partageant le même dénominateur commun à savoir la démission de Jovenel Moïse, l’établissement d’une transition politique, la reforme de l’État, l’organisation d’élections libres et transparentes pour jeter les bases d’une nouvelle République, ont défendu les initiateurs, regroupés au sein du regroupement d’intellectuels ”RADI”.

Haiti Infos Pro / HIP

Bouton retour en haut de la page