Élections : Avalanche de réactions après la démission des membres du CEP

Plus de 24 heures après la démission en bloc des 8 huit membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP), les réactions pleuvent de partout. Si certaines personnalités expriment beaucoup de réserves par rapport à cette décision, d’autres estiment que c’est un coup de grâce porté contre le président Jovenel Moïse, jugé incompétent et corrompu, qui ne jure que par la tenue des élections malgré une absence flagrante de consensus politique entre le pouvoir PHTK et les forces vives de la nation.

Pour l’ex-gouverneur de la Banque de la République d’Haïti, Fritz Jean, il y a beaucoup de paramètres à considérer afin de comprendre les raisons de la démission en bloc des membres du CEP, tout en citant les dérives auxquelles le pays fait face actuellement. L’économiste Fritz Jean qui y a exprimé beaucoup de réserves, souligne que le pays traverse une impasse difficile qui requiert beaucoup de vigilance chez les acteurs politiques.

Questionnée sur la démission des conseillers électoraux, Emmanule Douyon a fait savoir que « Nou Pap Dòmi » ne compte pas s’en réjouir ni apporter des critiques mal placées. Cependant l’économiste estime que des questions devraient être posées sur le rôle réel des membres du conseil pendant leur passage à la tête du CEP. « Aucune structure qui se respecte ne cautionnera la formation d’un nouveau CEP. Les élections ne seront pas possibles avec ce régime », a poursuivi la petrochallenger qui a par ailleurs exigé un audit sur la gestion des membres du CEP.

L’opposant farouche au pouvoir en place, l’ex-commissaire du gouvernement, Jean Danton Léger estime que la démission en bloc est comme un coup de grâce porté contre le président Jovenel Mo6ise qui n’a d’autre choix que la démission tout en invitant la population à appeler au départ du locataire du palais présidentiel.

Pour sa part, Jean David Geneste dit ne pas comprendre pourquoi la démission en bloc des conseillers électoraux sera effective à partir de lundi. Par ailleurs, il se dit stupéfait d’apprendre qu’un décret sur lequel le CEP a travaillé ait été acheminé au président Moïse.

Joubert Joseph / HIP

Bouton retour en haut de la page