Les catholiques changent leurs habitudes, Coronavirus oblige

Plus de trois mois après la fermeture des églises, enfin les fidèles catholiques s’apprêtent à reprendre le chemin du Temple après l’annonce du président sur la relance des activités religieuses le 12 juillet prochain.

Toutefois, beaucoup d’habitudes vont être rompues. Car, un ensemble de mesures seront adoptées lors des célébrations eucharistiques à cause de l’épidémie de Coronavirus. Une note de cinq pages a été publiée par la Conférence Episcopale d’Haiti (CEH) qui précise les nouveaux consignes à respecter lors des différentes célébrations en vue de protéger la vie des chrétiens.

Les églises doivent recevoir un tiers de leurs membres par célébration eucharistique. Par exemple, si l’église a une capacité de 300 fidèles, elle pourra contenir que 100.

Les évêques recommandent en ce sens d’écourter les messes afin d’augmenter le nombre de célébrations par jour. Après chaque célébration, on doit laisser un temps, soit une demie heure pour des activités de nettoyage.

Tous les participants aux célébrations doivent porter un masque. Les places doivent être marquées en vue du respect de la distanciation physique de 1 mètre 50.

Pour ceux qui ont un handicap, un espace adapté leur doit être réservé au niveau de l’Assemblée. Il faut qu’il y ait de gels hydro alcooliques disponibles pour les participants qui recevront l’hostie dans la main pendant la communion.

Autres changements, les fidèles ne se donneront plus la main lors du “Baiser de paix”. Les évêques proposent en lieu et place d’une poignée de mains, les chrétiens s’inclineront la tête en restant à leur place.

Pour l’animation de la messe, les chorales et les musiciens sont appelés à respecter la distanciation sociale, à porter leur masque et à chanter avec un nombre limité de choristes, soit entre 10 à 15 chanteurs.

Des changements sont aussi faits pour les autres célébrations comme, les baptèmes, les mariages, les funérailles.

Un service d’accueil veillera au respect de ces principes, a souligné la note.

Marie Ludie Monfort Paul / HIP

Bouton retour en haut de la page