Agressif en fin de mandat, Jovenel Moïse s’acharne contre une frange du secteur économique

Le président de la République, Jovenel Moïse, qui inaugurait, mardi 19 Janvier, un réservoir d’eau potable à Tabarre, a réaffirmé que la crise sociopolitique qui sévit en Haïti est alimentée par des gros bonnets de l’élite économique à travers des ouvriers politiques de Port-au-Prince.

Le Chef de l’État a lancé une mise en garde aux tenants du secteur économique qui tirent les ficelles dans la déstabilisation du pays. “Votre rôle est de combattre la pauvreté et non d’alimenter les tensions sociales. La création de l’Agence nationale d’intelligence (ANI) temoigne de la nécessité de traquer les fauteurs de troubles”, a-t-il menacé.

Jovenel Moïse se veut clair en ce qui concerne l’échéance du 7 février 2021. Il a évoqué la théorie complotiste visant à nuire à son quinquennat. Le locataire du Palais national prévient les fossoyeurs de la République que les troubles sociopolitiques ne seront pas tolérés et que son administration fera tout pour réprimer les promoteurs de la violence.

“À ceux-là qui sont hors du pays qui investissent dans les rues, ils feront mieux d’accompagner les universités privées, de supporter des œuvres caritatives, d’appuyer des écoles privées. La justice est appelée à sévir contre ces vagabonds qui prônent l’instabilité. Nous n’accepterons pas de revivre les évènements de 2018, 2019 et 2020”, a mis en garde Jovenel Moïse.

À moins de deux semaines de la fin du mandat constitutionnel du 58eme Chef d’État haïtien, tout porte à croire que les prochains jours seront difficiles.

L’opposition politique se mobilise pour exiger le respect de la Constitution, alors que Jovenel Moïse de plus en plus isolé souffle le chaud et le froid en plaidant pour un dialogue franc. Dans le même temps, il blâme ses adversaires politiques accusés d’attiser les tensions sociales pour créer le chaos.

Haiti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page