Drame à Cité Doudoune: RNDDH accuse les autorités comme « principales responsables »

Le Réseau National des Droits Humains (RNDDH) se dit choqué par rapport à l’assassinat cruel, dans la matinée du 20 août dernier, de neuf (9) personnes dont 3 membres d’une seule famille à l’entrée de Cité Doudoune, dans la commune de la Croix-des-bouquets. L’organisme de défense des droits humains affirme condamner cette énième action des bandits du groupe « 400 Mawozo », présentant ses sympathies aux familles des victimes spécialement à l’un des membres fondateur la Fondation Je Klere (FJKL), Me Jean Simson DESANCLOS.

Dans un communiqué publié ce 23 août 2022, le Réseau National de Défense des Droits Humains est revenu sur ce qui s’est passé le samdi 20 août 2022. Selon l’organisation, neufs (9) personnes ont été assassinées dont 3 chauffeurs de taxi-moto, 2 femmes, un ferronnier et trois membres de la famille Desanclos : Josette Fils DESANCLOS, âgée de 56 ans, Sherwood Sondje DESANCLOS, 28 ans et Sarhadje DESANCLOS 24 ans respectivement la femme et les filles de Me Jean Simson DESANCLOS. Le RNDDH informe que ces dernières tentaient d’échapper à une tentative de kidnapping lorsque les bandits ont tiré en direction de leur véhicule.

Le RNDDH pointe du doigt les autorités concernées dans cet énième assassinat plus que tragique commis par des bandits armés dans le pays. Il se montre très critique à l’égard du gouvernement en place qui se contente de publier des « tweets insipides » à chaque fois que les bandits commettent leurs forfaits.

Entretemps, le Réseau National de Défense des Droits Humains qualifie de propagande les informations faisant croire que certaines zones dont le commune de la Croix-des-bouquets sont sous contrôle des forces de l’ordre. Un discours qui, selon le RNDDH, expose les citoyens de ces zones qui sont contrôlées par des bandits armés.

L’organisation invite les autorités policières à mettre fin à ces propagandes et à tout mettre en œuvre pour reprendre le contrôle de toutes les zones accaparés par les gangs armés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix − 3 =

Bouton retour en haut de la page