Le BSA envisage de porter plainte contre le gouvernement pour « crime de haute trahison »

Dans une note rendue publique le 7 octobre 2022, le Bureau de Suivi de l’Accord de Montana a annoncé être en consultation avec son bureau d’avocats dans l’objectif de déposer une plainte formelle contre le gouvernement d’Ariel Henry, autorisant les forces étrangères à envahir le territoire national.

Une résolution prise en conseil des ministres le 6 octobre dernier autorise le Premier ministre Ariel Henry à faire appel à une aide internationale et au déploiement immédiat d’une force militaire étrangère en Haïti, pour faire face à la crise humanitaire auquel le pays est confronté. Le Bureau de suivi de l’accord de Montana a qualifié les membres du gouvernement de « traîtres à la patrie » et annoncé être en concertation avec son cabinet d’avocats pour porter plainte formellement contre les ministres.

« L’accord de Montana est déjà en concertation avec son cabinet d’avocats pour porter plainte formellement contre ces traîtres à la patrie, le Dr Ariel Henry, ses ministres signataires de la résolution du Conseil des ministres du 6 octobre parue dans le journal officiel Le Moniteur et tous ses alliés du 11 septembre qui restent solidaires de ce gouvernement ainsi que les patrons des gangs-miliciens qui tiennent tout le pays en otage », lit-on dans la note.

Le BSA croit que le gouvernement, ses alliés de l’accord du 11 septembre et le secteur mafieux local et international, ont volontairement conduit le pays là où il est aujourd’hui juste pour prendre une telle décision.

« Le Bureau de Suivi de l’Accord de Montana comprend exactement ce que les traîtres manigançaient. Ils ont toléré et diverti les gangs, leur permettant de déployer sur le territoire sans jamais s’y opposer, histoire de créer la situation invivable dans laquelle se trouve aujourd’hui le pays. Le plan est clair, la situation créée a servi de prétexte pour humilier le pays et exiger une intervention étrangère urgente », lit-on dans la note du BSA.

Selon les membres de l’accord politique, le gouvernement n’a pas le droit de prendre une telle décision et c’est un crime de haute trahison. « Le gouvernement n’a pas de mandat, le Premier ministre n’est même pas passé devant le Parlement, ce qui est inconstitutionnel, illégal et illégitime. Cet acte a un nom, il s’appelle Crime de Trahison. C’est un crime condamné par la constitution et la loi du pays », a dit le Bureau qui demande à la population de se mobiliser et de s’opposer à cette décision.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

10 − sept =

Bouton retour en haut de la page