Protestation populaire : Me Carlo Germain, au mauvais endroit, au mauvais moment

La voiture de l’avocat militant, Me Carlo Germain a essuyé des jets de pierre au cours de la manifestation de ce mercredi 7 septembre réclamant le départ du premier ministre de facto Ariel Henry. Selon l’avocat militant, il était au mauvais endroit au mauvais moment lors de l’incident tout en estimant que les revendications de la population sont justes et légitimes.

Les manifestants étaient sur le point de se rendre au Carrefour de l’Aéoroport, quand l’un d’entre eux a décidé de prendre à partie l’avocat militant Me Carlo Germain qui était dans sa voitrure, une Chevrolet de couleur blanche, à la Rue Acacia (rue perpendiculaire à l’Avenue Poupelard). Au cours de cet incident, les pare-brise de la voiture de M. Germain ont essuyé des jets de pierre. L’homme de loi croit qu’il ne s’agit de rien de prémédité mais d’un simple incident. Toutefois, Me Carlo Germain a tenu à préciser qu’il reste attaché aux revendications de la population qui, selon lui, sont fondées.

À l’initiative du secrétaire genéral de la Platfòm Pitit Dessalines, l’ncien sénateur Jean-Charles Moïse, des milliers de manifestants ont marché à Port-au-Prince, ce mercredi, en vue de dénoncer la cherté de la vie, la dépréciation brutale de la gourde, la pénurie de carburant et réclamer le départ du premier ministre de facto Ariel Henry, jugé incompétent et corrompu. Certains importants axes routiers ont été bloqués à l’aide de barricades de pneus enflammés, érigés sur la chaussée par des manifestants en colère. Des échauffourées entre les agents des forces de l’ordre et les manifestants ont été rapportées au niveau de Musseau.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

trois × cinq =

Bouton retour en haut de la page