32 policiers assassinés, 8 postes de police attaqués et saccagés, les gangs font la loi à Port-au-Prince

Tout porte à croire que la coalition criminelle proche du pouvoir, à savoir G9 an fanmi e alye, est en train d’imposer sa loi à Port-au-Prince.

Après des affrontements internes qui ont occasionné des morts et plus de 500 déplacés, des gangs membres du G9 ont attaqué et saccagé au moins 8 postes de police du 1er au 7 juin. 32 policiers ont été assassinés de janvier au 7 juin, huit (8) d’entre eux ont été tués entre le 5 et le 6 juin 2021, selon un rapport du Réseau National de Défense des Droits Humains.

“Selon des informations recueillies par le RNDDH, 8 postes de police ont été attaqués et saccagés entre le 1er et 7 juin 2021, au moins 32 policiers ont été assassinés de janvier au 6 juin 2021”, lit-on dans une note acheminée à la rédaction du journal. “Huit (8) d’entre eux ont été tués entre le 5 et le 6 juin 2021. À savoir, un (1) à Drouillard, trois (3) au sous-commissariat de Portail St. Joseph le 5 juin 2021 et quatre (4) autres dans un BI de CM-PAP qui sillonnait la Grand Rue le 6 juin 2021”, a précisé l’organisme de défense des droits humains.

“L’antenne de Drouillard a été attaqué par des gangs de Mathias SAINTIL de Nan Boston ainsi que le poste de contrôle de Duvivier. Le sous-commissariat de Portail St. Joseph a été attaqué par des gangs de krache dife dirigé par Wilson Pierre alias Ti Sonson ; le sous-commissariat de Sierra II et de la Station des Gonaïves ont été attaqués par des gangs de Iscard Andrice opérant dans le quartier de Nan Belekou”, a détaillé le Réseau National de Défense des Droits Humains.

Contrairement aux déclarations du premier ministre de facto, Claude Joseph, le calme n’est toujours pas revenu à l’entrée sud de la capitale. Les centaines de déplacés ne peuvent toujours pas regagner leur maison. Mardi 8 juin, des tirs nourris d’arme automatique ont été entendus sur la route nationale #2 qui à présent n’a rien à envier au désert du Sahara.

Bouton retour en haut de la page