Coronavirus: Le monde du sport international s’invite dans la lutte

Un peu partout à travers le monde, le sport se mobilise pour lutter contre le Coronavirus. Dirigeants de clubs, joueurs de football, de basketball, boxeurs, tennismen, entre autres, font sortir leurs chéquiers pour faire des dons. Ils sont conscients de l’ampleur de cet agent pathogène qui depuis son apparition jusqu’à date dicte sa loi.

Le Covid-19 chamboule presque tout, dont le monde sportif qui est à l’arrêt jusqu’à nouvel ordre.

A défaut de rouler le ballon sur les terrains de jeu, de mater le ballon sur les parquets, de frapper la balle sur les cours, de boxer sur les rings etc., les sportifs, et les dirigeants volent au secours de la population mondiale en faisant des dons à hauteur de milliers de dollars pour certains, de millions pour d’autres, en vue de lutter contre la pandémie du Coronavirus. L’heure est à la solidarité et les sportifs ne s’y dérobent pas.

Et de fait, ils sont aux premières loges pour combattre le Coronavirus. Les principales stars du sport international (Cristiano, Messi, Roger Fédérer, Marc Gregor, Roody Gobert etc.) ont fait des dons conséquents pour soutenir la recherche, les hôpitaux et les victimes. Le sport ailleurs, a emboîté le pas.

Néanmoins, ici, chez nous, le secteur sportif attend un signal de l’État pour lui venir en aide, quelle contraste !
Fédérations, dirigeants, joueurs, et tous les acteurs du secteur sportif haïtien attendent qu’on leur vienne en aide. Les fédérations nationales qui s’occupent du développement du sport en Haïti sont incapables de répondre à leur besoin de fonctionnement, incapables de développer leurs disciplines sur le territoire national, incapables de prendre en charge les athlètes, elles existent pour la plupart que de nom. Les dirigeants de sport en Haïti, ne vivent pas du sport, au contraire, ce sont eux avec leurs maigres moyens qui font bouger le secteur, les pratiquants en Haïti vivent au bon vouloir des dirigeants, ils n’ont pas de contrats, ils sont mal payés, ils sont dépourvus de tout, le sport pour la majorité d’entre eux n’est qu’une échappatoire. En définitive, le monde du sport en Haïti est un milieu appauvri, miséreux totalement dépendant, qui attend qu’on vole à son secours.

Le monde du sport international est à l’antipode de celui d’Haïti. Cet état de fait peut facilement s’opérationnaliser sur tous les autres secteurs en Haïti. Quel secteur en Haïti peut aisément apporter son soutien financier au Coronavirus ? Quel responsable de fédération, quel dirigeant de club, quel joueur de quelque discipline que ce soit en Haïti peut faire un don considérable pour lutter contre le Coronavirus ? L’intervention du monde sportif dans la lutte pour freiner le Covid-19 devrait interpeller l’Etat haïtien, le secteur privé et tous les acteurs du secteur sportif en Haïti pour changer de paradigme et prendre la voie du développement nt réel du sport haïtien.

Ricot Saintil / HIP

Bouton retour en haut de la page