Grand-Ravine : Récit bouleversant d’Adassa Morencier, une fillette tuée d’une balle perdue

La fillette Adassa Morencier, fêtait son 7ème anniversaire le samedi 4 décembre dernier quand elle a reçu une balle perdue à l’intérieur de sa maison. Son père Frisnel Morencier, inconsolable dresse un récit poignant du drame.

La voix cassée de Frisnel Morencier, père de la victime, tentait de retracer difficilement les faits survenus le samedi 4 décembre, à Sion, localité de Grand-Ravine. Sa fille, Adassa Morencier née le 4 décembre 2014 s’apprêtait à fêter son 7ème anniversaire quand elle a été atteinte d’une balle perdue. Après avoir sollicité le concours de sa grand-mère pour effectuer une nouvelle coiffure pour la circonstance, le corps de la fillette gisant dans son sang a été constaté, relate-t-il.

Adassa Morencier, atteinte d’une balle dans l’abdomen, a été transportée en urgence dans un hôpital des Médecins sans frontières à « Kafou Ti Fou ». Son état de santé déjà engagé présentait dès les premières minutes des signes préoccupants. Au final, Adassa Morencier a succombé à ses blessures, résume son père, la gorge nouée.

En cet hiver tumultueux à Grand-Ravine marqué par des détonations au quotidien comme ce fut régulièrement le cas depuis plus d’un an, les rares résidents de ce quartier sous-estimaient encore le degré des conflits armés, raconte Frisnel Morencier. Les affrontements entre des civils armés de « Ti Bwa » et ceux de Grand-Ravine pour le contrôle de territoires ont pris une proportion inquiétante suite aux rumeurs de véhicules blindés policiers alloués aux bandits de « Ti Bwa », a révélé Morencier.

Famille modeste de Grande-Ravine, les Morencier tentent de joindre les deux bouts, a confié Frisnel Morencier. En raison des difficultés économiques, l’option d’abandonner le quartier de Grand-Ravine a toujours été envisagées, cependant faute de moyens, elle n’a pas pu être exécutée.

A ce stade, Frisnel Morencier entreprend des démarches pour pouvoir organiser les obsèques de sa fille. Il sollicite le support des mécènes pour accompagner la famille dans cette épreuve difficile. Le père de la victime espère recueillir des contributions au numéro 39 94 06 05.

Bouton retour en haut de la page