« Il m’a demandé d’ajouter Réginald Boulos et Youri Latortue parmi les comploteurs », révèle un Greffier au New York Times

L’un des greffiers ayant accompagné le juge de paix lors du constat légal à la résidence privée de l’ex-Président Jovenel Moïse le jour de l’assassinat, révèle avoir reçu la visite, dans son bureau, d’un homme, qui lui a exigé d’ajouter les noms de Reginald Boulos et de Youri Latortue aux déclarations des suspects, les impliquant ainsi dans le complot. Dans une entrevue accordée au journal américain New York Times, paru ce lundi 2 août 2021, M. Valentin déclare avoir reçu l’appel téléphonique du Responsable de l’Unité de Sécurité Présidentielle (USP), Jean Laguel Civil, lui demandant de retracer les révélations faites par les suspects arrêtés. Des juges de paix et des greffiers travaillants sur le dossier, dénoncent une fois de plus des menaces de mort dont ils font l’objet, après avoir refusé de falsifier des preuves.

Un extrait de l’article du New York Times.-

« Des Haïtiens disent avoir reçu des menaces de mort pour avoir refusé d’altérer les preuves dans l’affaire Jovenel Moïse »

Les fonctionnaires, deux greffiers et un juge d’instruction, qui ont recueilli des preuves dans l’assassinat du président Jovenel Moïse se cachent désormais.

PORT-AU-PRINCE, Haïti.- Ils ont examiné les corps du président haïtien assassiné et des mercenaires qui sont accusés d’avoir conspiré pour le tuer. Ils se cachent maintenant, changeant de lieu toutes les quelques heures, avec un sac à dos rempli de documents juridiques qui pourraient déterminer le sort du procès le plus important d’Haïti depuis des décennies.

Un juge et deux greffiers qui ont recueilli des preuves dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moïse ont déclaré, lors d’interviews et dans des plaintes officielles adressées au bureau du procureur, que des interlocuteurs inconnus et des visiteurs les avaient poussés à modifier les déclarations sous serment des témoins. S’ils n’obtempéraient pas, on leur disait qu’ils pouvaient “s’attendre à recevoir une balle dans la tête”.

Leurs demandes d’aide auprès des autorités ont été ignorées, ont déclaré les greffiers, Marcelin Valentin et Waky Philostène, et le juge de paix, Carl Henry Destin, mettant ainsi leur vie en danger.

Les menaces ont également compromis une enquête qui, selon les experts, a été entachée dès le départ d’irrégularités – et dont de nombreux Haïtiens craignent qu’elle ne révèle pas la vérité sur le meurtre, malgré les promesses des dirigeants actuels du pays de rendre une justice rapide.

“Il y a de grands intérêts en jeu qui ne sont pas intéressés par la résolution de cette affaire”, a déclaré M. Valentin. “Il n’y a aucun progrès, aucune volonté de trouver la vérité”.

Lors d’un entretien dans une maison sécurisée en Haïti, M. Valentin et M. Philostène ont décrit avoir été témoins de nombreuses violations de procédure alors qu’ils accompagnaient des juges d’instruction à la résidence du président et aux domiciles des suspects. La police a déplacé les corps des personnes soupçonnées d’être des agresseurs, a emporté certaines preuves et leur a refusé l’accès à la scène du crime pendant des heures, ont-ils dit, en violation du code juridique haïtien.

Plus de trois semaines après que les assaillants ont pris d’assaut la résidence de M. Moïse et l’ont abattu de 12 balles dans sa chambre, les enquêteurs haïtiens ont arrêté ou recherchent plus de 50 suspects. Mais aucun des 44 détenus – dont les 18 commandos colombiens à la retraite accusés d’avoir pris part à l’assaut de la résidence présidentielle et plus d’une douzaine d’agents de sécurité chargés de protéger M. Moïse – n’a été inculpé ou traduit en justice.

La loi haïtienne exige que les suspects soient inculpés dans les 48 heures ou libérés, et les avocats représentant certains des suspects ont déclaré que ce retard pourrait compromettre le procès. De nombreuses personnes détenues n’ont pas été autorisées à se faire assister d’un avocat, et certaines ont déclaré aux représentants légaux qu’elles avaient été battues pour leur extorquer des aveux.

Bien que le système juridique haïtien soit depuis longtemps miné par la corruption et les dysfonctionnements, les experts et les avocats de la défense ont déclaré qu’ils n’avaient jamais vu de telles violations systématiques de la procédure régulière dans une affaire très médiatisée.

“Tout ceci est hautement irrégulier et illégal”, a déclaré Samuel Madistin, un avocat représentant deux des suspects. “Si le peuple n’a pas confiance dans la procédure, il n’aura pas confiance dans le verdict”.

Quelques heures après l’assassinat de M. Moïse le 7 juillet, le Premier ministre intérimaire du pays, Claude Joseph, s’est engagé à traduire les responsables en justice.

Peu après, M. Joseph a demandé à Interpol et aux agences de sécurité des États-Unis et de la Colombie d’envoyer des enquêteurs en Haïti. Pourtant, une fois sur place, certains d’entre eux ont eu du mal à accéder aux preuves et aux suspects, selon des responsables connaissant bien l’enquête. Ils affirment que cela a gâché une occasion de faire avancer l’affaire à une phase cruciale.

En outre, aucun des suspects détenus ou recherchés par la police haïtienne ne semble avoir les ressources ou les relations nécessaires pour organiser et financer un complot qui, selon les autorités haïtiennes et colombiennes, a été ourdi en Haïti et en Floride et a nécessité l’envoi par avion de deux douzaines d’anciens commandos colombiens hautement qualifiés.

M. Valentin, le greffier, a déclaré que peu après avoir assisté aux premiers interrogatoires des suspects détenus et avoir noté leurs déclarations, il a reçu un appel téléphonique du chef de la sécurité de M. Moïse, Jean Laguel Civil, lui demandant ce qu’ils avaient dit.

Plus tard dans la journée, il a déclaré avoir reçu la visite dans son bureau d’un homme qu’il ne connaissait pas, qui a exigé que M. Valentin ajoute les noms de deux Haïtiens éminents – Reginald Boulos, un homme d’affaires, et Youri Latortue, un homme politique – aux déclarations des suspects, les impliquant ainsi dans le complot.

Après le refus de M. Valentin, dit-il, il a commencé à recevoir des menaces de mort.

“Greffier, tu peux t’attendre à recevoir une balle dans la tête”, peut-on lire dans un SMS reçu par M. Valentin le 16 juillet, selon une copie de la plainte officielle qu’il a déposée auprès du bureau du procureur. “On vous a ordonné de faire quelque chose, et vous faites tout le contraire”.

Une corruption banale semble également avoir entaché l’enquête. Des documents judiciaires montrent que deux anciens soldats colombiens tués après l’assassinat ont été retrouvés avec environ 42 000 dollars en espèces sur ou près de leurs corps. Dans les rapports de police ultérieurs, l’argent ne figure pas parmi les preuves trouvées sur les lieux.

Selon M. Valentin, une telle malversation apparente non seulement érode la confiance du public mais, dans ce cas, peut avoir coûté aux enquêteurs la possibilité de retracer l’argent grâce aux numéros de série des billets.

“Il s’agit d’un cas exceptionnel”, a-t-il déclaré. “Mais il est mené dans le même système d’impunité et de corruption que tous les autres”.

Le lien de l’article : https://www.google.com/amp/s/www.nytimes.com/2021/08/02/world/americas/haiti-jovenel-moise-killing.amp.html

Bouton retour en haut de la page