Pour combattre l’insécurité en Haïti, Joseph Jouthe invite la population à la « méfiance réciproque »

Dans ses propos de circonstances lors de l’annonce de la fermeture de la saison cyclonique ce 30 novembre 2020, le Premier ministre Joseph Jouthe a déblatéré sur l’insécurité qui prévaut dans le pays. Selon lui, pour endiguer ce phénomène en Haïti, les membres de la population ne doivent plus se faire confiance, donc se méfier les uns des autres.

Le chef du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) semble oublier sa mission qui est, avant tout, de protéger le peuple qu’il dirige. Alors qu’il est l’un des principaux responsables de la sécurité de la nation, Joseph Jouthe semble vouloir se dédouaner de toutes responsabilités et faire de la population l’unique responsable de sa protection. D’après lui, pour éviter d’être victime, il ne faut faire confiance à personne.

« M ap mande popilasyon an pou li ekstrèmeman vijilan. Lè ou wè yon fòm tèt ke ou pa konn wè nan katye lakay ou, fè lapolis konnen oubyen degaje w, met ansanm mare sa rele lapolis vin chèche l. Se lè l rive nan lapolis y a konn si se bon moun li ye », a déclaré sans scrupules le chef du CSPN, ajoutant : « pa fye bèl gason, pa fye bèl fanm paske gen moun ki nan prizon la pou kidnaping, si m te di nou on bèl gason konsa, “de grande famille”, plen lajan ta nan kidnaping nou pa t ap kwè…».

En ce qui à trait à l’enlèvement dimanche de Maritza Beaubrun, la femme de Dimitri Hérard, Joseph Jouthe croit que même à l’intérieur des églises il faut jouer la carte de la méfiance.

« Menm anndan legliz la, pa fye moun ki chita bò kote w paske li pa papa w, li pa manman w, li pa ras ou. Edike timoun yo lè yo wè moun yo pa konnen pou yo kanpe lwen yo. Kouri, chèche abri lè yo wè fòm tèt on moun ki dwòl yo pa konnen…». Pour conclure, il rappelle que la sécurité est avant tout une chose personnelle.

Une déclaration compromettante qui, déjà, a fait de Joseph Jouthe la risée des réseaux sociaux.

Eddyson Devarain / HIP

Bouton retour en haut de la page