Emmanuel “Toto“ Constant bientôt déporté en Haïti, annonce Pierre Espérance

Le directeur du RNDDH a fait savoir que l’ancien chef d’escadron de la mort, Emmanuel Constant, fait l’objet d’une déportation imminente.

Emmanuel “Toto” Constant, 63 ans, ancien chef du Front pour l’Avancement et le Progrès Haïtien (FRAPH), une organisation paramilitaire qui sévissait en Haïti durant la période du coup d’Etat 1991-1994, devrait être déporté à Port-au-Prince, le lundi 11 mai 2020.

Le défenseur des droits humains se montre très critique à l’égard des autorités américaines qui continuent d’expulser des Haïtiens malgré la propagation du coronavirus.

Il croit que le retour de l’ancien commandant du corps paramilitaire dénommé FRAPH, réfugié depuis plus de vingt ans et emprisonné aux Etats-Unis, n’est pas le fruit de hasard.

Le régime en place pourrait l’utiliser pour consolider l’impunité dans le pays, croit Pierre Espérance.

Emmanuel “Toto” Constant fait l’objet de graves accusations dans le pays. Jugé par contumace, Emmanuel “Toto” Constant doit directement aller en prison en Haïti pour purger sa peine dès son retour, clame le défenseur des droits humains.

Accusé d’avoir commis ou cautionné de nombreuses atrocités, avec la bénédiction des Forces Armées d’Haïti (FAd’H), commandées alors par les putschistes Raoul Cédras et Michel François, Emmanuel Constant s’était réfugié aux Etats-Unis peu avant l’effondrement du régime militaire. Maintes fois poursuivi en raison de son implication présumée dans des actes de violation des droits humains, il est écroué depuis juillet 2006. La justice américaine l’a condamné pour sa participation à une vaste escroquerie immobilière qui aurait rapporté un million de dollars.

Malgré la condamnation en 2000 de M. Constant à perpétuité par contumace pour sa participation au massacre de Raboteau, aux Gonaïves, ayant fait une quinzaine de morts le 22 avril 1994, les autorités américaines ont toujours écarté toute possibilité d’extradition, arguant que le système judiciaire haïtien ne pouvait lui assurer un procès juste.

HIP / Haïti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page