Haïti-Cité Soleil : Des morts au quotidien…!


Les affrontements entre gangs armés à Cité Soleil, continuent de faire des victimes. Jusqu’à ce lundi 23 mars 2020, le bilan faisait état de plus de 10 morts et un nombre incontrôlé de blessés par balles. Ces groupes rivaux, aidés par d’autres gangs de la région métropolitaine de Port-au-Prince, se livrent chaque jour dans une véritable face à face, pour le contrôle des territoires. Les victimes et les dégâts sont considérables. Le sang coule encore à flot.

Depuis plusieurs semaines, la commune de Cité Soleil connait une situation de tension. Les membres du groupe armé de Brooklyn dirigé par le nommé « Gabriel », s’affrontent à ceux de Boston, avec comme caïd « Matchas » ainsi connu, qui s’allient à la bande à « Isca » dans le quartier de Belekou. Ce lundi, les armes à feu ont chanté durant presque toute la journée, dans un quartier qui pourtant, venait de passer 3 années de paix.

Selon ce qu’a rapporté un citoyen sur place, les hommes de Brooklyn ont fait une nouvelle incursion dans la zone de Cité Lumière, contrôlé par Matchas, remplaçant de Ti Joseph, en réponse à une précédente attaque.

« Des morts et des blessés par balles sont enregistrés dans le camp de Gabriel qui, à leur tour ont incendié l’Eglise La Prophétie et d’autres maisonnettes dans ce quartier », a informé notre source. Cette dernière fait état également de cas de pillage et de viols.

24 heures avant cette attaque, soit le 21 mars dernier, le groupe armé de Boston a fait des morts, lors d’une intervention musclée dans les quartiers soleil 9, 17, 19 et Brooklyn. Selon des témoins, ils ont même incendié des maisons, comme pour répondre aux premiers assauts de leurs adversaires le 19 mars dernier.

Une bataille politique !

« C’est une véritable guerre sans merci. Personne ne sait quand arrêtera ce conflit », se désole une mère de famille, soulignant que des dizaines de famille ont fui la terreur.

Depuis le déclenchement de cette guerre des gangs, plus de 10 personnes ont été tuées par balles, brulées et ou décapitées par la suite. Des victimes sont également enregistrées au sein de la population civile.

« C’est une bataille purement politique. Une guerre de territoire, à l’approche des élections. Et la population en est la principale victime », se plaint un autre citoyen, joint au téléphone par la rédaction de Haïti Infos Pro.

La police impuissante

Dans la foulée de ces affrontements sanglants, la police nationale jusque-là, fait preuve d’impuissance et se comporte en bon spectateur. Le bidonville est difficile d’accès, tous les coins sont contrôlés par des bandits armés. Les agents de l’UDMO ne sont plus là, l’effectif disponible ainsi que les moyens dont dispose les agents de l’ordre semblent être loin de répondre à la réalité sur place. Les gangs armés règnent en maître, Cité Soleil compte ses morts au quotidien.

Ce conflit armé semble être le cadet des soucis des autorités centrales, qui se concentrent pour l’instant sur la gestion de la pandémie de Coronavirus qui apporte, elle aussi, son lot de préoccupations.

HIP / Haiti Infos Pro

Bouton retour en haut de la page