Scandale: Me Robinson Pierre-Louis, avocat du propriétaire du bateau « Miss Lili », livré par le ministre Dorcé?

Une correspondance de la Direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ), en date du 19 juillet 2022, avait sollicité du Ministère de la justice et de la sécurité publique (MJSP), la mise à la disposition pour le compte du Bureau des affaires financières et économiques (BAFE) de Me Robinson Pierre-Louis dans le cadre d’une enquete. Cependant, aucun suivi n’a été fait, la PNH a du opter pour son arrestation, le vendredi 22 juillet dernier.

Le sécretaire du Barreau de Port-au-Prince, Me Robinson Pierre-Louis, arreté dans le cadre de l’enquête relative à la saisie d’une cargaison d’armes et de munitions le 1er juillet dernier à Port-de-Paix, est accusé de forfaiture, suspicion de corruption, trafic d’influence et association de malfaiteurs, selon un document de la PNH. Bien avant l’arrestation de Me Robinson Pierre-Louis, le cabinet du ministre Berto Dorce, a été saisie d’une correspondance de la Police enregistrée «762 DGPNH/DCPJ/BAFE» solicitant du service concerné au MJSP la mise à la disposition de Me Pierre-Louis.

«La DCPJ a l’honneur de vous demander de bien vouloir passer des instructions au Service concerné, pour que le sieur Robinson Pierre-Louis soit mis à la disposition du BAFE, sis au # 3 rue Romain, Delmas 33, le vendredi 22 juillet 2022, à 10 heures. Ce, dans le cadre d’une enquête en cours», lit-on dans le document que le journal a consulté.

L’homme de loi, cité dans le scandale de la libération de Jonas Georges et Fritz Jean-Rélus, respectivement propriétaire du navire Miss Lili et commissionaire du chargement saisi, fait partie des avocats mobilisés par les suspects, a-t-on appris. Dans la foulée, le ministre Berto Dorcé a évoqué la révocation de son membre de cabinet avant l’opération des agents du BAFE. Rien ne peut justifier de telles révélations, compte tenu du timing de la demande de convocation de la DCPJ.

Parallelement, le Barreau de Port-au-Prince, dans une position liée à cette affaire, exige la libération de son sécretaire, Me Robinson Pierre-Louis. La batonnière Me Marie Suzy Legros, dénonce le caractère illégal de l’arrestation, soulignant que le Conseil de l’Ordre n’a pas été touchée par une quelconque enquête mettant en cause son secrétaire. La sortie jugée controversée et scandaleuse du Barreau s’inscrit aux antipodes des prescriptions judiciaires tant pronées qui exigent le traitement de l’affaire par devant une juridiction compétente avant toute décision.

Dans un autre registre, la décision de Me Pierre-Louis, abusant de son statut de conseiller du ministre Berto pour influencer l’ancien commissaire Michelet Virgile dans la remise en liberté des deux suspects, relève d’un scandale, selon plus d’un. Il est également question d’une éthique mise à l’épreuve de son positionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

cinq × quatre =

Bouton retour en haut de la page