Crise : Où sont passés les produits pétroliers provenant du Terminal Varreux ?

Alors que les responsables du Terminal Varreux avaient annoncé sur leur compte Twitter avoir reçu le mercredi 07 décembre une cargaison estimée à un million 470 mille gallons de gazoline, ces produits ne sont toujours pas disponibles dans les pompes à essence se trouvant notamment dans les communes de Pétion-ville et de Delmas ; environ 5 jours après cette annonce.

La quasi-totalité des stations-services gardent leurs portes fermées, les rares qui tentent de vendre ces produits butent sur un obstacle majeur : l’affluence des chauffeurs de tap-tap, de taximoto et d’autres personnes munies de gallons jaunes qui se bousculent, obligeant les propriétaires à fermer boutique plutôt que prévu. C’est le cas aujourd’hui, de la pompe à essence située à Delmas 45. Face à la fureur de la foule, les responsables ont précipitamment baissé leurs rideaux de fer, de peur qu’elle ne passe sous les flammes. En conséquence, les vendeurs ambulants de ces produits qui n’étaient pas remarqués, il y a deux semaines environ, pullulent au niveau des artères des différentes communes de Port-au-Prince. Ces derniers écoulent jusqu’à 1500 gourdes le gallon de gazoline.
De ce fait, si certains chauffeurs assurant différents circuits dans l’aire métropolitaine commencent à préparer leurs esprits pour une éventuelle augmentation des prix des trajets, d’autres, en revanche, décident tout bonnement d’augmenter le prix de leurs circuits sous la base de cette « rareté ».
C’est le cas de certains conducteurs de minibus assurant la liaison Portail Léogâne/Clercine. Ces derniers augmentent de 50 % le prix de ce circuit, prétextant avoir acheté le gallon de diésel le double de son prix normal.

Cette situation provoque des grognes chez des passagers qui qualifient de méchanceté cette action. Ils dénoncent le fait que les chauffeurs profitent comme d’habitude de cette situation pour faire leur beurre sur le dos de la population.

Face à cette réalité, certains s’interrogent perplexe sur la capacité ou la volonté du gouvernement à favoriser la disponibilité de ces produits dans le pays. Rappelons que cette équipe gouvernementale avait pris la décision d’ajuster de manière arbitraire les prix de ces produits en vue de les rendre accessibles à toute la population. Un pari qui semble loin d’être gagné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze − douze =

Bouton retour en haut de la page