Haïti-Protestation policière: manifestations violentes, le SPNH prend ses distances

Les deux journées de manifestations émaillées de violence organisées à Port-au-Prince par des policiers regroupés au sein de Fantôme 509, interpellent les promoteurs du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti.

Ces derniers entendent se démarquer des initiatives violentes soutenues par leurs pairs pour exprimer leurs revendications.
La tournure violente qui caractérise la mobilisation policière interpelle le Syndicat de la Police Nationale d’Haïti. Jean Elder Lundi, l’un des initiateurs du SPNH, intervenant sur les ondes de Radio Métropole, le mardi 11 mars, a exprimé sa préoccupation face à l’allure dangereuse prise par le mouvement exigeant de meilleures conditions de travail, une révision salariale pour les policiers et la réintégration de cinq agents renvoyés par l’IGPNH.

‘’Nous prenons notre distance par rapport à ce qui se fait dans les rues. Dans les heures qui viennent, nous allons prendre les dispositions qui s’imposent pour appeler les policiers à la raison afin qu’ils regagnent leur poste’’, a déclaré Jean Elder Lundi.


Les démonstrations violentes proposées les 9 et 10 mars dernier, à Port-au-Prince, par des policiers de la structure ’’Fantôme 509’’ ont causé des dommages aux conséquences considérables. Au moins une dizaine d’institutions publiques attaquées, plus d’une trentaine de véhicules immatriculées ‘’Service de l’État’’ endommagés, des employés physiquement agressés, révèlent plusieurs bilans communiqués par des médias de la capitale, au terme de deux journées de tension.

À la suite de la publication, au soir du mardi 10 mars, de l’arrêté signé par le Premier ministre de facto, Joseph Jouthe, la structure dénommée ‘’Fantôme 509’’ a publié une liste de revendications tout en annonçant la reprise prochaine de leur mouvement.

HIP/ Haiti infos Pro

Bouton retour en haut de la page