Port-au-Prince-Hommage : l’engagement politique de la militante Netty Duclaire rondement scruté

La porte-parole de l’organisation sociopolitique «Matris Liberasyon», Marie Antoinette «Netty» Duclaire manifestait un engagement à toute épreuve à la cause du pays, rapportent des intervenants à une cérémonie d’hommage à la militante politique, assassinée le 29 juin à Port-au-Prince.

Dans les jardins de Radio Kiskeya, jeudi, un horizon violet surplombait la vue avant les préparatifs à la conférence-débat de ce jeudi. Des t-shirts frappés à l’effigie de Marie Antoinette «Netty» sont servis aux invités dès l’entame de la cérémonie.

À l’intérieur du site, sont exposées la photo de Netty Duclaire et celle de Diego Charles dans une disposition saisissante. Comme une chapelle ardente, des proches viennent se recueillir devant le portrait des deux jeunes fauchés par la machine infernale de l’insécurité.

Le panel constitué du porte-parole de «Rasin kan pep», le professeur Camille Chalmers, de la coordonnatrice de la Solidarite fanm ayisyèn (SOFA), Sabine Lamour, de la docteur Mislor Dexai, du sociologue – petrochallenger James Beltis, du professeur Josué Merilien, tenait à analyser l’engagement de la défunte dans les luttes populaires.

Pour l’économiste Camille Chalmers, l’ancienne dirigeante de «Matris Liberasyon» incarnait la passion pour la connaissance. Marie Antoinette «Netty» Duclaire questionnait toujours la réalité, affichait sans préjuger ses intentions de crerner l’existence.

Toutes les lectures s’accordent sur le fait que la disparition brutale de la sociologue laissera un vide impossible à combler.

La docteure Mislor Dexaï pose le débat sur les conditions du double assassinat du 29 juin 2021. Selon elle, les bandits ont visé la victime dans ses seins, une volonté de banaliser le rôle de la femme des les sociétés.

Le dirigeant de l’Union nationale des normaliens d’Haïti (UNNOH), Josué Merilien, impute à la communauté internationale, le Core Group, la responsabilité du déclin d’Haïti. La représentante de l’ONU, Helen Meagher Lalime et une franche des ambassades en Haïti planifient la débâcle haïtienne en soutenant la formation des gangs.

Lecture rapprochée livrée par le petrochallenger James Beltis, plus tranchant dans ses analyses, appellant la population à s’engager pour rompre l’ordre politique établi. Dans le cadre de son intervention, il a invité les forces vives à œuvrer pour débarrasser le pays des dirigeants étrangers.

Les ultimes hommages à Marie Antoinette Duclaire, à l’initiative de l’ancien sénateur Antonio Cheramy, participent d’une démarche visant à perpétuité la vision de la sociologue. Le dirigeant politique plaide en faveur d’un combat parti d’une implication de toutes les catégories sociales pour mettre en échec l’insécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 × 5 =

Bouton retour en haut de la page