Le mandat du BINUH renouvelé en pleine ganstérisation d’Haïti

Le Conseil de sécurité de l’ONU a renouvelé, ce vendredi 15 juillet 2022, le mandat du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti(BINUH) pour une année supplémentaire, soit jusqu’au 15 juillet 2023.

Suite au report à ce vendredi 15 juillet 2022, date marquant la fin de mandat du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH), le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé à l’unanimité de donner carte blanche à la mission onusienne en Haïti pour une année de plus. Après des heures de discussions entre les mastodontes du conseil, finalement ils ont voté sans surprise pour le renouvellement du BINUH.

Le texte de résolution adopté par l’Organisation des Nations Unies vise en premier lieu à renforcer l’effectif du BINUH sur le territoire national. L’ONU a ordonné à la communauté internationale d’interdire le transfert d’armes légères aux gangs opérant en Haïti.

Alors que les violences se sont accrues ces derniers mois sur l’île, une vaste discussion s’est engagée entre les membres du Conseil pour réfléchir sur comment aider Port-au-Prince à endiguer la montée des violences. Alors que la Chine aurait voulu qu’un embargo sur les armes soit carrément déclaré, cela n’a pas été totalement écarté par le Conseil, mais pas voté cette fois-ci. Ils ont plutôt appelé les États-membres à ne plus fournir d’armes.

La Chine avait également prôné à ce qu’une force de police internationale soit envoyée en Haïti, mais cette proposition n’a pas été prise en compte par les États-Unis et le Mexique. Ils prévoient que des sanctions individuelles peuvent être prises dans trois mois contre des chefs de gangs pour leurs forfaits. Le Conseil de sécurité demande au secrétariat de l’ONU, de dresser un rapport le 15 octobre prochain pour étudier avec les pays de la région des pistes pour renforcer la sécurité en Haïti.

Un renouvellement qui prête à équivoque

Une résolution qui vient dans un contexte spécial où les gangs armés occupent de plus en plus de territoires. Ces derniers sont devenus plus violents et plus arrogants. La preuve: les derniers affrontements entre deux groupes armés à Cité-soleil à savoir G-Pèp et G-9. En raison de cette guerre, 99 morts ont été recensés, 135 blessés, 277.000 personnes vivant dans la commune sont affectées et 2.500 sont obligées de se déplacer pour fuir la violence, selon un rapport du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (l’OCHA).

La décision de renouveler le mandat du BINUH prête à équivoque. Selon certains observateurs, la mission onusienne n’a rien apporté depuis sa venue en octobre 2019 en Haïti. Ils en veulent pour preuve la prolifération des gangs dans les coins et recoins du pays, et le comportement affiché par le BINUH qui avait salué la coalition des gangs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

17 + 3 =

Bouton retour en haut de la page